Sparknews

Sparknews

Repenser l’économie circulaire en temps de Covid-19

Chez Sparknews, nous croyons que les temps de crises, comme ils balaient nos certitudes, sont également de belles opportunités pour nous adapter et repenser nos rapports au monde. Pour une équipe qui tente de faire émerger de nouveaux récits pour accélérer la transition écologique et sociale, nous nous devons d’interroger quels récits germent de cette catastrophe planétaire qu’est le CoVid-19. Dans la #SparkMinute de cette semaine, nous nous intéressons à l’économie circulaire à travers de belles initiatives locales, des exemples d’entreprises qui s’engagent et repensent leurs modèles et des prises de positions qui nourrissent nos imaginaires.

Si l’erreur c’était de vouloir des masques jetables ?

La crise sanitaire a sonné le grand retour du jetable. On observe dès à présent des masques bleus flottants dans la Méditerranée. Les amendes de 135 euros pour des masques jetés par terre, de même que la filière existante de recyclage pour ces déchets sanitaires, semblent de fragiles remparts face aux 2 milliards de masques commandés. Nous héritons dans ce domaine, comme dans d’autres, de choix politiques dont la culture du « tout-jetable » dans les hôpitaux. Lorsque les historiens Bruno Strasser et Thomas Schlich enquêtent sur l’avènement des masques chirurgicaux jetables dans les années 1960, ils découvrent que l’abandon des masques réutilisables est majoritairement due à une campagne de publicité agressive dans les journaux médicaux et infirmiers. Ces masques jetables, qui sont également périssables, sont intrinsèquement liés à un modèle de renouvellement permanent des stocks.

Emblématiques, les masques ne sont pour autant pas les uniques déchets nés de cette crise sanitaire. Les couverts en plastique, qui devaient être définitivement bannis des cantines scolaires à compter du 1er janvier 2020, ont retrouvé le chemin de l’école. La lettre du Medef au ministère de la Transition écologique demandant en avril “un moratoire sur la préparation de nouvelles dispositions énergétiques et environnementales” s’inscrit dans une lame de fond pour alléger des normes environnementales ou repousser de nouvelles lois, comme la loi contre le gaspillage et l’économie circulaire qui prévoit entre autres l’interdiction des emballages à usage unique d’ici 2040. Au niveau européen, l’European Plastic Converters, fédération des entreprises du plastique en Europe, envoyait dès début avril un courrier à la Commission européenne. Leur objectif : obtenir le report de l’interdiction de certains plastiques à usage unique (pailles, cotons-tiges, touillettes…) pour 2021.

Notre passion pour le jetable n’est pas apparue avec ce virus : entre 1950 et 2015, nous avons généré 8,3 milliards de tonnes de matières plastiques. Sur ces quantités gigantesques, 6,3 milliards de tonnes sont devenues des déchets en 2017, dont seuls 9 % ont été recyclés, 12 % ont été incinérés et 79 % accumulés dans des décharges ou dans la nature. Ces derniers mois, les usines de recyclage ont tourné au ralenti et certaines villes françaises, dont Paris, sont allées jusqu’à suspendre le tri sélectif. Il s’agit moins d’exceptions que des symptômes d’un système linéaire extraire-produire-consommer-jeter totalement engorgé. Ces déchets sont des arbres qui cachent une forêt bien plus sombre : tout notre modèle de société repose sur une consommation effrénée, en passant de l’obsolescence programmée de nos téléphones au gaspillage alimentaire.

Un autre modèle est possible : l’économie circulaire, qui propose non pas de “faire de nos déchets des ressources“ mais plutôt de ”ne pas faire de nos ressources des déchets” selon les mots de Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France. Certaines structures de cette économie qui refuse le jetable se sont par ailleurs illustrées pendant la crise. 1083, la marque de jeans made in France, en coton bio ou recyclé, s’est lancé dans la production de masques en tissus lavables. L’association Les P’tits Doudous, qui recycle le matériel médical usagé des centres hospitalier pour réinvestir pour le bien-être des enfants hospitalisés, a mis à disposition son tissu pour peluches afin d’en faire 200 masques. L’entreprise Cyclofix a proposé de réparer bénévolement les vélos du personnel médical à Paris et en petite couronne. iNex Circular, plateforme en ligne dédiée à l’économie circulaire pour les entreprises, a utilisé sa technologie pour détecter les matières premières nécessaires aux gels hydro-alcooliques afin de les rendre disponibles aux producteurs de gels en rupture de stock. Alors même que le déconfinement peut nous inviter à revenir au modèle linéaire qui nous a tant bercé, ne serait-ce pas plutôt l’occasion d’interroger nos besoins, de repenser les objets de notre quotidien et de choisir des alternatives comme des pneus reconditionnés, des vestiaires 40% recyclés et éco-conçus, ou de l’électronique en location ?

Quand les organisations s’engagent

Alors que l’épidémie de coronavirus continue de faire rage, se laver les mains est devenu un geste indispensable. L’association Unisoap recycle les pains de savons des hôtels, le plus souvent à peine utilisés, en nouveaux pains de savon de 100 grammes chacun. Ces derniers sont ensuite donné à des associations locales ou internationales, une nécessité quand on sait que 3 millions de personnes se privent de produits d’hygiène de base. En savoir plus dans Libération.

De nombreuses grandes surfaces ont vu éclore des espaces consacrés aux produits d’occasion selon Ouest-France. Le groupe Carrefour s’est par exemple allié début mars avec Cash Converters pour la vente d’objets de seconde main axé sur l’informatique, les livres ou encore les CD/DVD. Auchan propose des vêtements d’occasion dans cinq magasins en lien avec l’entreprise basque Patatam. Il existe également 30 Leclerc Occasion en France. Et le confinement n’a pas stoppé la tendance.

La plateforme Coupdepoucevelo.fr pour encourager la réparation des bicyclettes a mis en lumière le manque de réparateur·ice·s qualifié·e·s en France. Afin de répondre à la demande croissante de réparations, la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, a annoncé la création d’une «académie des métiers du vélo» pour former 250 mécanicien·ne·s dans les mois à venir, puis 500 par an. Vous pouvez déjà trouver des ateliers de réparation participatifs sur la carte l’Heureux Cyclage.

L’obsolescence programmée de l’électronique, AirPods en tête de file, est connue et désormais combattue grâce à un grand nombre d’acteurs. Parmi eux, la coopérative Commown qui propose à la location de l’électronique éco-conçus. Nouveau venu dans leur gamme : les casques audio haut de gamme éco-conçus et réparables Gerrard Street. Ces casques sont entièrement modulaires, chaque pièce peut être démontée à la main sans outil et ils sont ainsi très facile à réparer. La location commence à 7,50 € par mois, sans engagement.

Initiatives locales contre désordre global

Pour certain·e·s, le confinement a été synonymes detri dans les placards, et ce n’est pas pour déplaire aux recycleries. Celles de l’Oise ont notamment observé un joli succès dès le déconfinement annoncé selon Le Parisien. Vous pouvez y donner des meubles, des vêtements ou des jeux de sociétés. S’il s’agit de livres, la librairie en ligne de seconde main Recyclivres propose une collecte gratuite à domicile.

Durant le confinement, les Repair Cafés du plat pays se sont adaptés notamment en proposant des sessions de réparation en ligne. Les citoyen·ne·s qui avaient un objet en panne pouvaient remplir un formulaire en ligne. Les réparateur·ice·s disponibles n’avaient alors qu’à se répartir les demandes selon leurs compétences, partageant une astuce par mail ou proposant une séance de réparation par visioconférence. À écouter sur RTBF.

Envie d’en apprendre plus sur le passage d’une économie linéaire à une économie circulaire ? Deux options s’offrent à vous : deux MOOCs plus précisément. L’Université des Colibris a réalisé en partenariat avec l’association Zero Waste France un très complet MOOC Zéro Déchet qui vous propose de découvrir en 13 modules les 5R (refuser – réduire – réemployer – recycler – redonner à la Terre). Vous pouvez également découvrir le livre blanc que Sparknews a consacré à l’économie circulaire en 2017 (en anglais).

Votre intérêt pour la circularité est plus professionnel ? Les Canaux, la maison de l’Economie sociale et solidaire à Paris, vous emmène à la découverte des nouveaux métiers de la construction durable et de l’aménagement responsable à travers différents modules : bâtiment durable, éco-design et mobilier circulaire. Ce MOOC Economie Circulaire de deux mois vous aidera peut-être à sauter le pas pour une une (re)conversion professionnelle. bilum recherche par exemple un·e directeur·ice des opérations, à bon entendeur !

Et si on imaginait plus loin ? 

Et si, au lieu de se ruer sur de nouvelles marchandises en supermarché par peur de manquer, on faisait durer un peu plus pour ne pas avoir à remplacer ?” C’est par cette interrogation audacieuse que s’ouvre ce dossier de France Inter Confinement lié au coronavirus : si c’était l’occasion de consommer moins et mieux ?. Alternant extraits d’émissions et articles sur le site de la radio publique, c’est un véritable voyage à contre-courant de la consommation débridée auquel on est invité·e. Partant à la recherche de la cause de notre désir d’accumulation, les pistes se succèdent pour se débarrasser du superflu, recycler, lutter contre le gaspillage alimentaire ou faire du compost. À écouter ici.

Sur France Culture, découvrez l’histoire de l’obsolescence programmée. En quatre minutes top chrono, on découvre la genèse de cette idée presque centenaire. Pendant la Grande Dépression, Bernard London, un agent immobilier new-yorkais imagine un moyen de réduire le chômage de masse : imposer une date de péremption légale aux produits, histoire d’obliger à les renouveler régulièrement. Alors que les appels à soutenir l’économie par la relance se multiplient, il nous reste à penser si cela doit vraiment se faire en consommant toujours plus. À écouter ici.

Et si le recyclage n’était pas un remède mais le curare ? Le recyclage, des emballages notamment, est souvent opposé à la mise en décharge ou de l’incinération, ce qui en fait une solution attirante dans un contexte de surconsommation des ressources et d’explosion de la quantité de nos déchets. Pourtant cette économie faussement circulaire, qui entretient le mythe de produits recyclables à l’infini, peinerait à tenir ses promesses. Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, livre dans ce troisième essai ses réflexions autour du recyclage, dans la lignée du productivisme et du capitalisme, qui contribue à perpétuer l’utilisation du jetable et entretient le mirage de pouvoir continuer à consommer « comme si de rien n’était », en faisant juste l’effort de trier. La maison d’édition Rue de l’échiquier propose déjà en ligne son avant-propos et son introductionÀ lire ici.

Alors pour ne plus faire de nos ressources des déchets, n’avons nous plus que la voie de la sobriété ? Durant deux mois, une grande partie des Français·e·s a moins travaillé et moins consommé, soumise par la force des choses à une forme de sobriété. Dans ce dossier du Fil Vert dans Libération, les journalistes Aurélie Delmas et Margaux Lacroux reviennent sur l’histoire du concept de sobriété, sa parenté houleuse avec celui de décroissance, les étapes du sobriété collective choisie et enfin des initiatives locales inspirantes. Un dossier à compléter par la tribune de Valérie Guillard, Professeur des Universités, Directrice de Dauphine Recherches en Management (DRM), Consommation : vers une sobriété volontaire ? ainsi que celle du philosophe Patrick Viveret qui voit en la sobriété l’«alternative au mal-être ambiant». À lire.

Chaque semaine, la minute Spark c’est une invitation à découvrir les initiatives face à la pandémie qui nous inspirent mais aussi nous permettent de réfléchir à l’après. Nous sommes persuadé•e•s que cette crise renferme de précieux enseignements sur notre système économique mondialisé. Qu’il s’agisse d’éducation, de solidarité, de rapport au travail ou au vivant, à nous de refuser de revenir au statu quo une fois la crise sanitaire passée. Découvrez les éditions consacrées à l’éducation, l’énergie, le travail, l’alimentation, la biodiversité, la démocratie, les biorégions, le genre et la solidarité.

X