Sparknews

Sparknews

Sparkshow #ActforImpact au Changenow Summit © Teresa Zinn

Innovation : un Sparkshow #ActForImpact réussi au ChangeNOW Summit

Le dernier week-end de septembre 2018, les 34 000 mètres carrés de Station F ont été le lieu de rencontre d’innovateurs, d’investisseurs, de journalistes et de curieux de l’impact positif des start-up. L’ex-Halle Freyssinet a accueilli pas moins de 500 projets d’innovation et concrets sur les grands enjeux que sont le changement climatique, la pollution plastique, l’éducation, ou les villes durables. Un Sparkshow, évènement organisé par Sparknews avec le programme #ActforImpact de BNP Paribas, proposait aux visiteurs de découvrir des projets pour passer à l’acte pour un monde durable. 6 entrepreneurs sociaux ont eu 3 minutes pour piquer l’intérêt d’un panel de journalistes confortablement installés derrière des buzzers.

Raphaele Leroy, Directrice de l’Engagement d’entreprise de la Banque de Détail de BNP Paribas © Teresa Zinn

Raphaele Leroy a ouvert le Sparkshow par un discours. Directrice de l’Engagement d’entreprise de la Banque de Détail de BNP Paribas en France, elle a mis en avant le programme Act for Impact de la banque, qui vise à rendre visible sur tout le territoire français les entrepreneurs à impact, qui aident les banques à revoir en profondeur leurs modèles.

Les porteurs de projets ont eu 6 journalistes à convaincre ainsi qu’un auditoire de 200 personnes, le forum étant ouvert au grand public en ce début de samedi après-midi. Les médias représentés étaient divers dont Didier Meillerand qui anime Interêt Général, Sinatou Saka qui écrit pour RFI et France24. Certains ont peut-être reconnu la voix de Patrick Lonchampt de RCF ou celle de Cyrielle Hariel, chroniqueuse sur Yahoo Green / Ushuaïa TV passée par Europe 1. Les médias en ligne étaient également représentés avec Paloma Moritz de Spicee et Florent Vairet des Echos Start.

Eric Brac de La Perrière, fondateur de Yoyo © Teresa Zinn

Le recyclage, une priorité au centre de l’innovation

La première présentation ne manque pas de panache : Eric Brac de La Perrière a déversé sur le Main Hall stage un sac entier de bouteilles en plastique. Ce geste symbolisait le paradoxe de la pollution plastique : malgré 1 milliard d’euros dépensés par an en France, des infrastructures disponibles et une sensibilisation toujours plus répandue, le taux de recyclage du plastique augmente seulement 3%  par an. Sa solution ? Yoyo, un système de récompenses contre des sacs de bouteilles prêtes à être recyclées. En un an, le système de points a réussi à doubler le recyclage plastique dans un quartier de Lyon. Cette belle histoire a récolté une moisson de buzzs et une journaliste demande même si ce modèle pourrait être adapté au recyclage d’autres matériaux.

Flora Thiébau, fondatrice d'Auticonsult © Teresa Zinn

Flora Thiébaut était la suivante sur scène. Psychologue clinique de formation, elle a fondé Auticonsult, la première entreprise de conseil et services IT en France à recruter spécifiquement des consultants sur le spectre de l’autisme ou d’Asperger. Auticonsult accompagne donc les personnes autistes dans le monde du travail mais aussi les entreprises pour que la mission de conseil se passe dans les meilleures conditions. Sa présentation claire lui vaut 3 buzzs et autant d’occasions de faire connaître ce sujet sensible.

De la nourriture, de l’inclusion et… des fleurs

Passant de l’autre côté du miroir, Hortense Harang, elle-même ancienne journaliste, est venu présenter son entreprise Les Fleurs d’Ici. Saviez-vous qu’en France on importe 9 fleurs sur 10 ? Vos roses de Saint-Valentin viennent de Hollande, du Kenya, d’Équateur ou de Colombie et ont un réel coût écologique. Les Fleurs d’Ici propose une alternative : des bouquets de fleurs de saison en circuit court. « On ne connaît plus la saisonnalité des fleurs : il faut savoir que les roses à la Saint-Valentin, c’est aussi mauvais pour la planète que les fraises en hiver. »

Younes El Hajjami, co-fondateur de Rutabaga © Teresa Zinn

Autre solution en circuit-court : les paniers préparés de Rutabago. Des camions réfrigérés et éco-responsables livrent prêts-à-cuisiner 100% biologiques en circuit court. Les ingrédients sont aussi pré-dosés pour limiter le gaspillage alimentaire. Pour Younes El Hajjami, co-fondateur, ’“en 2018, s’alimenter de façon saine et bonne pour la planète ne devrait pas être un problème.” À un journaliste qui pose la question du prix, il répond “moins chers que des menus de fast food : 7€”.

Moussa Camara, fondateur des Déterminés © Teresa Zinn

Dans une mise en abyme amusante, Moussa Camara est venu défendre le projet des Déterminés. Cette association soutient ceux qui peinent à accéder à des lieux comme Station F bien qu’ils aient la fibre entrepreneuriale : les Français et Françaises des quartiers prioritaires. Avec déjà plus de 100 déterminés en 3 ans dont de très belles réussites, le fondateur a porté un message fort : “on a eu des champions de foot qui sont sortis de nos quartiers, il est temps que ce soit les licornes. Alors on pourra parler d’une réelle réussite économique qui vient des banlieues”.

La convivialité comme moteur d’innovation socio-entrepreneuriale

Pour finir sur une note conviviale, Renaud Seligmann est venu présenter un bar qu’il gère avec 175 autres co-patrons. Ce véritable laboratoire de convivialité propose des jeux pour favoriser le lien social et reverse 50 % des bénéfices à des associations. Une démarche qui a particulièrement touché un journaliste car il prouve que la solidarité n’attend pas la taille de la structure. A terme, c’est un véritable métier de “porteur de convivialité” que le Social Bar veut créer.

Le public comme le panel de journalistes repartent donc revigorés par la multitude de visages que prend la transition vers un monde plus durable. A bientôt pour de prochaines aventures aussi entrepreneuriales que responsables !

Sinatou Saka, Cyrielle Hariel et Florent Vairet, membres du panel de journalistes du Sparkshow © Changenow Summit
Sparknews

© Sparknews 2018 – Mentions légales – Contact

X