Sparknews

Sparknews

Retours sur la Soirée Médias et Nouveaux Récits de Sparknews au Forum Convergences

Et si pour changer le monde nous commencions par le raconter autrement?

Le 5 septembre 2019, Sparknews organisait, à l’occasion de la douzième édition du Forum Convergences, une soirée axée sur le thème des médias et nouveaux récits. 700 personnes se sont donc réunies au Palais Brongniart pour discuter nouveaux récits, leur place dans l’actualité et leur diffusion. Une dizaine d’intervenant·e·s se sont succédés sur scène, chacun expliquant tour à tour leur travail quotidien à la création, production et diffusion de ces nouveaux récits.

Raconter l'actualité autrement: le journalisme de solutions

La soirée a débuté avec un SparkQuiz, une occasion de tester les connaissances de chacun·e sur leur perception du monde et de ses enjeux. Les questions étaient diverses : du nombre de centenaires dans le monde à la quantité de plastique qui finit dans les océans chaque minute.

Mark Rice Oxley, rédacteur en charge de The Upside chez The Guardian est ensuite monté sur scène. Il a apporté son point de vue de journaliste sur la façon dont les médias relaient l’actualité. Pour lui, la plupart des journaux privilégie une information négative car plus facile à vendre. La recherche d’informations moins catastrophistes représente également plus de travail : “Le journaliste d’actualité va chercher les nuages”. Il a pourtant rappelé l’importance de raconter l’actualité autrement, pour changer la perception du monde de chacun·e.

Mark Rice Oxley à la Soirée Médias et Nouveaux Récits par Sparknews au Forum Convergences © Audrey Jaquet, Sparknews

Suite à cette intervention, le rédacteur en chef de KonbiniPierre Grange, et Stéphane Jourdain de France Inter sont revenus sur leur campagne ‘Le plastique, non merci!’. Cette journée dédiée à la pollution plastique, le 27 mars dernier, avait également été l’occasion de mettre en avant des initiatives positives en France et dans le monde. Allier un média radio et une rédaction en ligne a permis, selon les deux journalistes, d’élargir leurs audiences combinées pour toucher toutes les générations et d’entraîner une prise de conscience globale. On saluera au passage la nouvelle alliance entre les médias Le Parisien — Aujourd’hui en FranceFrance CultureKonbini et Usbek & Rica pour traiter chaque mois un sujet environnemental décidé, en commun.

Pourquoi et comment changer de société?

Arthur Keller était ensuite sur scène pour dresser un état des lieux de notre monde et insister sur l’urgence du changement. Il a commencé par dépeindre le monde au travers de toutes ses limites. Si on adopte une logique systémique, différents scénarios existent concernant l’évolution de la relation entre la bio-capacité de la Terre et notre empreinte écologique. Selon ce spécialiste de la résilience, le seul scénario réaliste est celui selon lequel la courbe de la bio-capacité de la Terre va s’effondrer. Mais point de sinistrose : il nous a invité à réfléchir à l’importance de créer des imaginaires alternatifs, inscrits dans l’action territoriale et la réflexion collective.

La fiction: un autre lieu de création de récits

Après ce constat alarmiste, la discussion s’est recentrée sur les démarches positives existantes. Serge Ladron et Pauline Bression, respectivement directeur de production et actrice de Plus Belle La Vie, ont notamment pris la parole. Les deux intervenant•·e·s ont parlé de l’engagement écologique de la production, qui s’est traduit ces dernières années par des actions concrètes sur le tournage comme l’utilisation de gourdes ou le recyclage des décors. En parallèle, l’écologie s’est retrouvée inscrite dans les scripts de certains épisodes, touchant plus de 4,5 millions de téléspectateurs chaque jour. De plus, PBLV s’est fait accompagné d’expert·e·s dont le Collectif Feministe Contre le Viol pour aborder le sujet difficile du viol conjugual. Cela a donné une arche de 3 à 4 semaines autour de Coralie, enseignante dans un lycée et violée par son compagnon. Parmi les téléspectateur·ice·s, cette arche a stimulé une envie de s’informer sur le sujet pour 65% d’entre eux et une propension à venir en aide aux victimes à hauteur de 77%. Cette série est donc un bon example de l’impact considérable que la fiction peut avoir sur la société.

'Plus Belle la Vie' donne l'exemple en matière d'écologie © France 3

Cette soirée a donc été riche en interventions diverses ouvrant des discussions autour de l’influence des médias dans notre perception du monde mais aussi du rôle clé qu’ils ont dans la mise en avant de nouveaux imaginaires dans lesquels nous projeter.

Merci à tous les intervenant·e·s, ainsi qu’au Forum Mondial Convergences qui nous a accueilli et à Pernot Ricard qui nous a permis à nouveau cette année de partager un moment de convivialité autour d’un cocktail. Pour aller plus loin sur ce sujet, gardez l’oeil ouvert concernant la Fabrique des récits que Sparknews s’apprête à lancer avec On Est Prêt dont la première brique a été posée lors de la tribune « Résister et créer » lancée au dernier Festival de Cannes.

X