Sparknews

Sparknews

Quand les fondations s’investissent dans l’éducation : retour sur la soirée Paroles de Fondations à l’Institut de France

La soirée Paroles de Fondations consacrée à l'éducation a eu lieu le 7 octobre 2019 à l'Institut de France © Institut de France

Le lundi 7 octobre, l’Institut de France a accueilli une nouvelle soirée Paroles de Fondations, cette fois-ci sur le thème de l’éducation. Co-organisée par Sparknews, cette soirée abordait deux thématiques brûlantes : les nouveaux savoirs et les inégalités scolaires. Parmi les fondations hébergées par l’Institut de France, les initiatives à ce sujet sont nombreuses. Cette soirée était l’occasion pour 12 d’entre elles d’échanger et de présenter leurs accomplissements au plus grand nombre. Récapitulatif à chaud :

Jerome Saltet président de l'École de la Philanthropie et cinq élèves à la soirée Paroles de Fondations de l'Institut de France © Morgane Guérin, Sparknews

Nous avons débuté la soirée avec une intervention vidéo de Jean Michel Blanquer, évoquant l’importance de l’éducation, “de plus en plus essentielle pour la qualité de vie de chacun et celle de la société dans laquelle nous vivons”. Une fois les connaissances de la salle sur le sujet évaluées grâce à un SparkQuizz, Jérôme Saltet, président de l’École de la Philanthropie est monté sur scène avec cinq élèves. Ils ont présenté ensemble le projet de cette école un peu particulière: amener les enfants à développer leur empathie et leur compréhension du monde à travers des actions solidaires.

Christian de Boisredon, fondateur de Sparknews, ouvre la soirée Paroles de Fondations e 7 octobre 2019 à l'Institut de France © Morgane Guérin, Sparknews
I. Les nouveaux défis de l'éducation: comment préparer les jeunes aux enjeux de demain?

Quelles sont les meilleures manières d’accompagner les enfants dans la construction de leur futur ? De l’Intelligence Artificielle aux intelligences multiples, les possibilités sont nombreuses. Ségolène de Nouël, directrice pédagogique de l’école Holiskol, a ouvert la discussion en présentant son modèle atypique. Fondée sur la théorie des intelligences multiples d’Howard Gardner, Holiskol propose un projet pédagogique en accord avec une vision holistique de l’humain. On y travaille donc sur toutes ses dimensions: corps, coeur et esprit. L’accent a été mis sur l’importance du cadre d’apprentissage: choyer la confiance personnelle des élèves et le bien-être des professeurs est indispensable pour une éducation optimale.

Yves Bréchet, Président du Conseil Scientifique de la Fondation La Main a la Pâte a quant à lui rappelé l’importance de comprendre le monde dans lequel les enfants, entre autres, vivent. A travers un apprentissage innovant des sciences, cette fondation permet aux élèves de comprendre le monde qui les entoure et donc d’appréhender au mieux les enjeux du 21e siècle. Tout comme le projet Holiskol, la fondation apporte autant d’attention à la valorisation des élèves qu’à celle du corps enseignant.

Ce sont aussi les enseignant•e•s qui apprennent toute leur vie. Le programme “Prof en Entreprise” permet notamment à celles et ceux qui le souhaitent (enseignant•e•s et conseiller•e•s d’orientation) d’appréhender par l’observation directe le fonctionnement interne des entreprises. Christian Nouel, président de La Fondation Croissance Responsable qui dirige ce programme, a en effet insisté sur le rôle que les entreprises ont à jouer dans l’avenir de notre société, étant des lieux de formation, de partage et d’inclusion.

Autre problématique : le numérique. Selon Guillaume Leboucher, fondateur de la Fondation IA pour l’École, il est essentiel d’éduquer les jeunes générations à l’Intelligence Artificielle. En effet, elle est de plus en plus présente dans notre société et l’étudier dès l’école permettrait de mieux la maîtriser.

Première table-ronde animée par Camille Loiseau de Sparknews consacrée aux nouveaux savoirs avec Ségolène de Nouël, directrice pédagogique de l'école Holiskol, Yves Bréchet, Président du Conseil Scientifique de la Fondation La Main a la Pâte, Christian Nouel, président de La Fondation Croissance Responsable, Guillaume Leboucher, fondateur de la Fondation IA pour l'École © Morgane Guérin, Sparknews

Pour compléter cette première table-ronde, Xavier Darcos, chancelier de l’Institut de France et ancien ministre de l’éducation nationale a échangé avec Vincent Safrat, fondateur de l’association Lire C’est Partir. Créée en 1992, cette association édite et vend des livres 0,80€ pièce. Leur modèle : ne pas passer par le circuit classique du livre mais aller directement au contact des familles et enseignant•e•s partout en France. Initialement il s’agissait de redistribuer des livres qui allaient être détruits, aujourd’hui l’association édite elle-même 130 titres. Les deux intervenants ont évoqué le fait que les livres soient de moins en moins valorisés à l’école et la nécessité d’y remédier.

Xavier Darcos, chancelier de l'Institut de France et ancien ministre de l'éducation nationale, et Vincent Safrat, fondateur de l'association Lire C'est Partir, partagent leur amour de la lecture © Morgane Guérin, Sparknews
II. Une éducation à deux vitesses: comment réduire les inégalités ?

Au-delà des échanges perpétuels sur les piliers d’une bonne éducation, un second enjeu se situe dans la possibilité de tous en bénéficier. Les intervenant•e•s de la seconde table-ronde ont présenté leurs initiatives qui visent à réduire les inégalités.

La culture est un des piliers de l’éducation, faciliter son accès n’en est que plus essentiel. Radio France a créé il y a quelques années la Maitrise de Bondy pour initier des enfants de milieux moins privilégiés à la musique et au chant choral. Caroline Ryan, déléguée générale au mécénat de Radio France, est revenu sur le succès de ce projet.

A Bondy, la Maîtrise de Radio France fête ses 10 ans

La Fondation Égalité des Chances, portée par Carole Diamant, travaille également à révéler le potentiel des élèves désavantagés à l’aide de projets pédagogiques pluridisciplinaires. La valeur de la confiance a notamment été soulignée par la déléguée générale comme l’un des piliers de cette fondation. Hakim Hallouch a ensuite témoigné de son expérience. Bénéficiaire d’un accompagnement Égalité des Chances il y a quelques années, il a été responsable innovation sociale à Sciences Po Paris et vient de lancer Paideia.

Egalement hébergée par l’Institut de France, la fondation Acteur de Mon Avenir travaille avec des collèges et lycées REP dans la valorisation des filières professionnelles et l’accompagnement des jeunes dans leur réalisation. Elisabeth Soulie a rappelé le but de cette fondation familiale : faire prendre conscience à chaque élève que son futur lui appartient, et surtout que chacun•e a les capacités de réussir un projet professionnel.

Henri Lachmann a également présenté sa fondation qui vient en aide aux jeunes en les soutenant dans leurs parcours de formation scolaires, sportives ou artistiques. Il a rappelé à nouveau le rôle des entreprises dans ce processus d’éducation inclusive. Selon lui, “l’entreprise a un devoir de solidarité, une responsabilité de mieux inclure les jeunes dans la société”.

Nous avons clôturé la soirée avec la projection d’un extrait du film-documentaire Une Idée Folle, réalisé par Judith Grumbach. L’ échange avec la réalisatrice a bien résumé la soirée, rappelant qu’il est essentiel de faire prendre conscience aux enfants de leur valeur et de leur pouvoir dans la société, afin de pouvoir ensuite leur donner les clés pour réussir.

Merci à tous les intervenant•e•s, et à l’Institut de France d’avoir accueilli la soirée. Découvrez également le compte-rendu de la soirée sur la biodiversité. Au plaisir de vous retrouver à une prochaine soirée Paroles de Fondations !

X