Sparknews

Sparknews

#FILMSDACTIONS : “La Ville-Monde” ou comment repenser les villes autour de l’accueil

Mercredi 4 décembre 2019, le programme FILMS D’ACTION(S) revenait chez Les Canaux à Paris. Un nouveau réalisateur a pu présenter son documentaire engagé, avant de lancer une campagne de financement participatif pour aller plus loin. Après un premier film sur les mineurs isolés étrangers, “Défi de solidarité“, le public a pu découvrir l’histoire du camps humanitaire de Grande-Synthe avec “La Ville-Monde” d’Antarès Bassis.

Certains documentaires ne se contentent pas de nous faire découvrir une réalité qu’on ignorait mais nous donne envie de la changer.

Pour prolonger l’impact de tels films engagés, le festival de documentaire FIPADOC, les Canaux et  Kickstarter ont lancé le programme FILMS D’ACTION(S). Le premier mercredi de chaque mois, un documentaire est projeté aux Canaux, le long du Canal. L’équipe du film, réalisateur•ice, producteur•ices et même protagonistes, est présente. Après quelques questions-réponses sur le documentaire, ils présentent leur projet pour aller plus loin. Chaque projet est associé à une campagne de financement participatif sur le site Kickstarter.

Pour cette seconde rencontre, nos regards se sont tournés vers la ville de Grande-Synthe. Dans cette ville des Hauts de France, le premier camp humanitaire pour réfugiés de France voit le jour, vit, avant de disparaître dans un incendie. Le réalisateur Antarès Bassis suit Cyrille Hanappe, architecte qui va travailler à la construction de ce camps pour offrir un accueil plus digne que le bidonville du Basroch qui le précédait. La caméra suit également les associations qui l’ont fait vivre : Médecins Sans Frontières, Utopia 56, le Maire Damien Carême ainsi qu’une institutrice qui veut proposer un accès à l’éducation aux enfants du camps et quelques un•e•s de ses habitant•e•s.

Extrait de "La Ville-Monde" d'Antarès Bassis © Les Films du Balibari / Stenola Productions / Filmtank

Alors que le film interroge les conditions d’un accueil digne, c’est en général la possibilité de villes plus humaines qui se dessine derrière ce cas précis. Si le camps de Grande-Synthe aura finalement disparu dans les flammes, Cyrille Hanappe rappelle que depuis il n’y a pas eu d’alternatives. Alors que le film a déjà été diffusé sur France 3 et la RTBF (Belgique), son réalisateur et sa productrice voudrait qu’il serve de base de réflexion ailleurs en France. Ils ont donc imaginé la campagne “Invite ton élu•e à accueillir la Ville-Monde”.

Il s’agira d’une tournée de 5 projections dans 5 villes de France. A chaque projection, l’équipe du film et certains de ses protagonistes seront présents pour partager l’expérience de Grande-Synthe et imaginez ensemble de nouvelles formes d’accueil. Pour chacune de ces soirées, l’équipe du film se chargera de mettre le film à disposition des personnes intéressées, de chercher ensemble le lieu le plus adéquat, et de proposer un•e intervenant•e. L’objectif : sortir de la peur et fédérer des communautés locales autour de l’accueil. Inviter des élu•e•s, c’est les aider à s’emparer du sujet et les convaincre que leur rôle peut être déterminant et bénéfique pour leur territoire.

Damien Carême et Cyrille Hanappe dans un extrait de "La Ville-Monde" d'Antarès Bassis © Les Films du Balibari / Stenola Productions / Filmtank

Pour permettre à ces projections d’avoir lieu participez à la campagne de financement participatif sur Kickstarter. Vous pouvez également partager la vidéo de présentation de la campagne sur Facebook.

X