Sparknews

Sparknews

3 initiatives pour assainir les sols

“La pollution des sols a des conséquences sur la nourriture que nous consommons, l’eau que nous buvons, l’air que nous respirons et la santé de nos écosystèmes”, a déclaré Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO. “Elle a des répercussions sur la sécurité alimentaire non seulement car elle nuit au bon métabolisme des plantes réduisant de ce fait le rendement des cultures mais elle rend également les cultures impropres à la consommation. Les polluants nuisent directement aux organismes qui vivent dans le sol et le rendent plus fertile.” Découvrez trois projets en Argentine, en Honduras et au Liban qui s’engagent contre ces polluants de manière ingénieuse #EarthBeats.

Découvrez Necochea, ville des fruits, dont les trottoirs sont bordés d’arbres fruitiers

Il y a six ans, en décidant de changer leurs habitudes alimentaires, deux amis, Juan García et Eugenia Podlesny, ont aussi transformé la vie au sein de leur ville Necochea. Ils souhaitaient manger des fruits biologiques et sans pesticides, qui sont très difficiles à trouver en Argentine. Ils ont donc décidé de planter un prunier sur leur trottoir afin d’en récolter les fruits. Accompagnés de leurs amis, ils ont commencé à planter différents arbres fruitiers dans les rues et aujourd’hui ils gèrent un jardin communautaire dans l’hôpital municipal, qu’ils fournissent en aliments biologiques. Ils apprennent aussi aux enfants à travailler la terre et à cuisiner leurs propres repas. Leur but est de donner à chaque voisin la possibilité de manger des produits locaux, biologiques et sains sans aucun coût, en prenant simplement les fruits des arbres sur le trottoir. En lire plus sur The Nation (en anglais) ou sur le site de La Nación ou d’El Heraldo (en espagnol).

Juan García and Eugenia Podlesny are the founders of the project Necochea Ciudad Frutal © Mauro Rizzi / DIARIO LA NACIÓN

Compost Baladi démocratise le compostage des déchets organiques au Liban

Selon un rapport publié en 2014 par Sweepnet, seulement 15 % des déchets produits au Liban sont compostés, 8 % recyclés et 29 % sont jetés dans des décharges non déclarées. Le compostage est un défi majeur au Liban puisque plus de 50% des déchets du pays sont organiques. Une entreprise sociale, Compost Baladi, démocratise depuis 2017 cette pratique de transformation des déchets organiques en engrais en accompagnant des municipalités, des entreprises et des particuliers. Ses deux co-fondateurs, Marc Aoun et Antoine Abou Moussa, ont pour objectif de partager cette pratique au plus grand nombre et d’offrir à chacun une solution personnalisée et facile à appliquer pour transformer les déchets en compost. Lire l’article complet sur le site de L‘Orient Le Jour (en français) ou sur The Hindu et Haaretz pour la version anglaise.

Marc Aoun, the founder of Compost Baladi, next to one of the compost boxes in the campus of the American University of Beirut © Anne Ilcinkas

Rendre les traditions plus vertes: l’agroforesterie permet de fabriquer la panela en respectant l’environnement

Un collectif de familles de la municipalité de Cantarranas produit depuis 2018 les sirops et confitures au miel pour les pancakes et les beignets typiques du Honduras à l’aide d’un mécanisme innovant issu de l’agroforesterie. Cette technique, appelée trapiche ecológico, permet de produire la panela un édulcorant très populaire en Amérique Latine. La technique ne nécessite pas l’utilisation du bois de chauffage pour la cuisine, protégeant donc aussi bien la qualité de l’air que la déforestation. Les artisans utilisent la bagasse de canne à sucre sèche (un résidu de la canne à sucre) pour fabriquer le sirop. Chabosuji est soutenu par le Programme d’Adaptation au Changement Climatique dans le Secteur Forestier (CLIFOR). “L’initiative nous montre comment le climat, l’agriculture et la sylviculture peuvent converger. Nous sommes extrêmement heureux de voir que cette initiative créée des emplois et fabrique des produits écologiques et durables “, a déclaré Mario Martínez, coordonnateur national du CLIFOR. Apprenez en plus en lisant l’article en espagnol sur El Heraldo ou sur Yicai Global et The Hindu (en anglais).

Although the process prevents deforestation, the families that make up the Chabosuji cooperative have planted mahogany, cedar and pine trees © El Heraldo

Pendant que les citoyens se mobilisent pour le Jour de la Terre, 18 médias enquêtent sur les initiatives locales contre la pollution et les déchets. L’opération éditoriale collaborative Earth Beats regroupe des rédactions de renom : Le Figaro, Corriere, Haaretz, L’Economiste, La Nacion, Yicai Global, Delo, L’Orient Le Jour, The Philippine Star et The Hindu . L’opération est coordonnée par Sparknews avec le soutien de l’ADEME, du programme MAB de l’UNESCO, du Jour de la Terre, de Impact Hub et de CDC Biodiversité.

Vous, lecteurs, citoyens, dirigeants, investisseurs, consommateurs, pouvez diffuser ces solutions pour que le monde de demain soit durable.

Sparknews

© Sparknews 2018 – Mentions légales – Contact

X