Sparknews

Sparknews

Un auditoire captivé à la soirée du 12 novembre 2018 du Club de l’Innovation Positive © Carolina Rosendorn, Sparknews

Le Club de l’Innovation Positive met les bouchées doubles

Lundi 12 novembre 2018, le Club de l’Innovation Positive de Paris s’est rassemblé pour découvrir des solutions aux grands enjeux des entreprises et de la planète. Au programme : des projets inspirants, allant de la finance à impact positif à la diversité en entreprise en passant par les achats responsables et la biotechnologie … et des participants passionnés et prêts à les aider dans leurs enjeux de développement pour démultiplier leur impact !

Discussion en tables rondes après les picths de la rencontre du Club de l’Innovation Positive de Paris © Carolina Rosendorn, Sparknews

Après une série de pitchs de 3 minutes, les invités se sont réunis par petits groupes de travail autour des entrepreneurs pour imaginer des pistes de collaborations concrètes avec leurs entreprises. Retour sur cette soirée inspirante à l’Espace Batignolles, Paris.

Finance et bien commun

Et c’est le directeur de l’engagement d’entreprise de BNP Paribas, Antoine Sirequi a ouvert cette soirée. Pour lui, le cap est clair : la finance n’a pas vocation à être neutre ! L’investissement responsable ne peut plus uniquement être pensé en termes d’exclusion (c’est à dire éliminer des portfolios tout ce qui nocif à la planète ou la société), mais doit aller plus loin en finançant des projets de bien commun. Un bon exemple est celui des Sustainable Finance Facilities mené dans l’Etat indien de l’Uttar Pradesh. Pour aider l’Etat à la mise en place du Zero Budget Natural Farming (ZBNF), une technique agricole ancestrale qui permet de limiter l’usage de graines, d’engrais ou de produits chimiques, BNP Paribas a investi pour passer d’une expérimentation sur 220 agriculteurs à un dispositif accessible pour 6 millions d’agriculteurs. Antoine Sire à ensuite animer une table autour de la question “Comment mobiliser les grands investisseurs sur des projets de bien commun ?”

Antoine Sire devant un auditoire attentif à la soirée du 12 novembre 2018 du Club de l’Innovation Positive © Carolina Rosendorn, Sparknews

Puis, nous avons avons accueilli des porteurs de projets pour une série de pitchs de 3 minutes.

Diversité dans l’entrepreneuriat avec les déterminés

Moussa Camara, le fondateur des Déterminés, nous a présenté son association dont la mission principale est de favoriser le développement de l’entrepreneuriat en banlieue et dans les milieux ruraux. Avec l’aide d’une dizaine de participants, il a exploré toutes les pistes possibles pour faire croître son projet tout en maintenant son ADN et sa proximité, et a pu identifié de potentiels mentors au sein des entreprises.

Une audience captivée à la soirée du 12 novembre du Club de l’Innovation Positive de Paris © Carolina Rosendorn, Sparknews

Des colorants sans pétrole

Puis ce fut au tour de Marie-Sarah Adenis de venir nous parler de biotechnologie utilisée pour son projet Pili : des colorants à partir de micro organismes sans ressources fossiles. Cette technologie reposant sur la fermentation industrielle permettrait de réduire de 10 fois les émissions de CO2 et de 5 fois les quantités d’eau dans l’industrie textile ! Etes-vous prêts à travailler avec le vivant ? C’est le défi qu’elle a posé aux participants de sa table ronde !

Les colorants et encres industriels mais écologiques Pili produits par des micro-organismes © Reuters

Rediriger les fluxs financiers vers des entreprises à impact social et environnemental avec une nouvelle monnaie

Nous avons aussi parlé de nouvelles façons de repenser l’argent pour réparer l’économie et la planète, avec Félix Lavoie Pérusse et son projet Impak Finance. Tout droit venue du Québec, cette FinTech met en relation, via une place de marché, des entreprises socialement et environnementalement responsables et des consommateurs. Ces derniers voient leurs achats éthiques récompensés à hauteur de 5% de la dépense engagée en «impak coin», la monnaie virtuelle créée par la impak Finance !

Félix Lavoie Pérusse présente le projet Impak Finance qu’il a fondé au Club de l’Innovation Positive © Carolina Rosendorn, Sparknews

Développer l’inclusion en entreprise

Le sujet de l’inclusion sociale et la diversité en entreprise fut abordée avec enthousiasme grâce à l’approche originale de Fabrice Roszczka, le fondateur d’Ethik Connection ! Avec des experts issus de la diversité, cette agence pousse les entreprises vers plus d’innovation et d’inclusion. Elle porte une conviction très forte : on peut innover sans la technologie, et avec l’expérientiel ! Avez-vous déjà entendu parler des restaurant dans le Noir ou encore des Comex dans le noir … ce sont eux ! Fabrice et les participants de sa table ont mis en commun leur conseils pour convaincre le top management que la diversité est un levier de performance en entreprise.

Fabrice Roszczka défend la diversité en entreprise avec Ethik Connection © Carolina Rosendorn, Sparknews

Une solution biodégradable qui élimine l’urine sans gaspiller d’eau

Une innovation surprenante nous a ensuite été présentée par Bernardo Ferrari, du projet brésilien Piipee ! Vous ne connaissez pas encore ce produit ? Piipee a décidé de s’attaquer au défi des milliards de chasses d’eau tirées chaque jour dans le monde : il remplace l’or bleu de nos toilettes par une solution naturelle et biodégradable ! Il s’agit d’un produit dont 1 millilitre déversé dans les toilettes permet de faire disparaître la couleur et l’odeur de l’urine ! En passe de s’implanter dans l’Hexagone, plusieurs questions se posent pour cette entreprise brésilienne : comment surmonter les différences culturelles ? Quelles sont les premières actions à mettre en oeuvre et quels partenariats monter ? Ce sont les enjeux auxquels les participants de cet ateliers se sont attelés !

Des fleurs en circuit court

Hortense Harang, la fondatrice de Fleurs D’Ici a ensuite soulevé des questions centrales de la transition écologique : comment responsabiliser sa chaîne d’achat ? Quel est l’avenir de cette filière avec l’arrivée de la blockchain ? Quel peut être le rôle de l’entreprise dans le soutien du made in France ? Fleurs d’Ici propose des fleurs en circuit court pour soutenir l’horticulture française à l’heure où le marché des fleurs coupées est une industrie mondialisée (85% des fleurs vendues en France viennent de l’étranger, de Hollande bien sûr, mais de plus en plus, du Kenya, d’Équateur ou de Colombie).

Hortense Harang présente son réseau en circuit-court Fleurs D’Ici au Club de l’Innovation Positive © Carolina Rosendorn, Sparknews

Comment le design peut-il propulser des projets à impact social ou environnemental ?

Enfin, ce fut au tour de Matthieu Delapalme de l’agence Pulp Branding & Design de venir interroger le rôle du design : en quoi peut-il être un puissant levier pour emmener les gens -au delà des convertis- vers plus d’engagement dans la transition écologique et sociale ? A travers des exemples de campagnes et de produits réussis, il a démontré combien la question du design était centrale pour faire passer des messages et provoquer l’action A son atelier, les participants ont mis leur intelligence collective au service de certains participants venus avec des questions précises sur leurs propres projets.

Pour clôre la soirée, les participants se sont retrouvés pour prolonger les échanges et faire fleurir de nouvelles idées autour d’un bon cocktail !

Des participants à la rencontre du 12 novembre du Club de l’Innovation Positive de Paris © Carolina Rosendorn, Sparknews
X